• Chapitre 22: Violence

    Dans le chapitre précédent, Insomnie s'est retrouvé à se battre face à un ours et Eris a encore fait sa loi. 

    Chapitre 22:

    Laisser un oiseau et un chat ensemble, une mauvaise idée? Pas quand le chat est si paresseux qu'il ne se rendrait pas compte de la présence de l'oiseau ou que nos parents reviennent de voyage dans la journée. Et en l'absence de majordome, nous n'avions pas non plus le choix. J'espère juste que les parents ne vont pas nous engueuler pour les plumes de Pencil que nous n'avons pas eu le temps de nettoyer ce matin. 

    Chapitre 22:

    Visiblement, ils sont revenus trop détendu pour prêter attention à ces quelques plumes éparpillées de ci de là la moquette du salon. 

    A son retour, maman commença à songer à avoir un nouvel enfant. Elle avait envie d'être mère encore une fois, une dernière fois, m'a-t-elle confiée. Jaden lui était septique. Elle n'avait plus l'âge d'être mère et lui avait envie de profiter d'une retraite tranquille. 

    Chapitre 22:

    Au grand désespoir de papa, je pense, les plantes à l'intérieur de la maison sont entrées en dormance. Il faudrait peut être que l'on songe à mettre le chauffage, à ce niveau là? 

    Chapitre 22:  

    Un laser et c'est fini, Foxy se retrouve hypnotisé, fasciné mais pas non plus fou comme n'importe quel chat. Ca reste un paresseux. Non, il se contente de le regarder et lorsqu'il voit d'où ça vient, il part, intéressé. 

    Chapitre 22:

    Ah les cours de soutien de Mme Grant. C'était considéré comme un cours de soutien optionnel se déroulant de 13h à 14h et me permettant de passer prioritaire à la cantine. Plutôt qu'un réel cours de soutien, Mme Grant nous faisait un cours de culture générale. On y apprenait beaucoup de choses très intéressantes et bien plus utiles que ce que l'on voit dans les cours "normaux". 

    Elle était gentille mais très stricte, Mme Grant. C'était une très bonne professeur. Je parle au passé et, pour cause.. 

    Chapitre 22:

    Le cours semblait normal au premier abord sauf qu'on ne prenait pas de note au cours  de Mme Grant. Elle disait que tout se passait à l'intérieur du cerveau durant le cours, que c'était inutile de gâcher du papier pour si peu et donc elle n'obligeait pas à le faire. 

    Au premier rang, Anaïs, une solitaire intello à qui j'aurais bien prêter mes lunette pour qu'elle suive jusqu'au bout le cliché qu'est sa vie. Elle est détestable et arrogante avec tout le monde, sauf les professeurs, qu'elle aimait manipuler pour les mettre dans sa poche. 

    Derrière, Insomnie et moi. Je prenais des notes et Insomnie m'imitait, bien que je sentais que ce n'était pas par envie mais simplement pour ne pas me laisser unique à prendre les notes. 

    Chapitre 22:

    De l'autre côté, Maximilien, le frère d'Anaïs, et son ami Brandon, avec la cravate. Il n'a aucun goût vestimentaire et n'a pas vraiment de style. C'est le gros bras de Michel, rien de plus, rien de moins. 

    Je ne les aime pas et c'est réciproque. Ce n'est pas pour autant la guerre entre nous. 

    Maximilien et Brandon ne sont pas du genre à suivre beaucoup en cours. S'ils se sont inscris à ce cours, c'était juste pour mater la "super prof de soutien du midi". C'était un conseil d'un de leurs amis dans le supérieur. Manque de bol pour eux, ce n'était pas Mme. Grant. Elle commence à se faire vieillissante et n'a plus rien de réjouissant à voir. Les rides ont envahi son visage, les cheveux blancs ont cendré ses cheveux jadis sombre. En bref, elle n'est plus assez jeune pour être "matée" comme la professeur de leur ami dans le supérieur. 

    S'ennuyant légèrement à ce cour de soutien, ils discutaient, faisant mine de suivre. Je n'entendais pas ce qu'ils disaient mais, vu le regard que leur portait de temps à autre Insomnie, je compris vite qu'il entendait et comprenait très bien de quoi ils parlaient et que ce n'était pas très réjouissant. 

    Et puis, il y a eu la phrase de trop, il faut croire. 

    Chapitre 22:

    Insomnie avait bondi sur Maximilien et le bombardait de son poing. L'enfant gémit un: "Madammmmmme!" désespéré, tandis que le jeune garçon continuait à le frapper de toute sa rage. Il était exactement le même que face à l'ours quelques jours plus tôt. Totalement hors de contrôle et sans pitié. Il n'était plus Insomnie. 

    Bien sûr, il ne fallu pas longtemps pour que la professeur les sépare. 

    Chapitre 22:

    Sitôt libéré, Michel se mit dans un coin, sans doute honteux de son visage bleuté par les poings de mon frère et, par une méchanceté qui m'échappe encore, accusa: 

    Michel: C'est cette sorcière qui lui a demandé! C'est Midnight qui l'a envoyé me frapper. 

    Il a accompagné ça de quelques pleurs. Bien sûr, Insomnie a nié, a juré qu'il était le seul fautif mais cela n'a pas convaincu notre professeure qui, avec l'accord du proviseur, nous a ramené directement à la maison. 

    Chapitre 22:  

    Nous nous retrouvions Insomnie et moi sur la table de la cuisine. En gentille fille, je faisais mes devoirs mais je ne m'attendais pas à ce que cela change le jugement de la professeure qui pouvait nous avoir du salon. J'entendais la discussion qu'ils avaient. Je grogna contre mon frère: 

    Midnight: Pourquoi t'es-tu battu avec lui? On va faire virer. 

    Insomnie: T'inquiète pas pour ça. 

    Midnight: Pourquoi tu ne veux pas me répondre? 

    Insomnie: J'avais mes raisons. Ça ne te concerne pas. En y réfléchissant, je n'y suis même pas allé assez fort. J'aurais dû déformer à vie sa petite gueule angélique. 

    Il avait dit cette phrase avec tant de haine et de hargne que j'en fus terrifiée. Je sentais ma lèvre inférieur trembler légèrement. Je la mordis, me confrontant à la promesse qu'il m'avait faire. Il me protégerait, il ne me frapperait pas, n'est ce pas? 

    Je préféra me taire. Je ne savais pas ce qu'il s'était passé mais sa rage était venue en crescendo et, quand il n'en a plus supporter davantage, il avait "changé d'état". C'était différent de devant l'ours. Ca s'était fait par étape, d'après ce que j'avais observé. 

    Chapitre 22:

    Je jetai un œil rapide vers nos parents et notre professeure. Celle ci, avec un sourire triste annoncé la situation telle qu'elle l'avait vu. Sans raison apparente, Insomnie s'était jeté sur un élève durant son cour. 

    Insomnie était un élève violent et turbulent. Il s'était déjà battu à deux reprises dans la journée et ne suivait pas très bien en cours, selon son professeur. Son cas était difficile mais c'était souvent le cas pour les enfants adoptés, il lui faudrait du temps pour s'intégrer à son nouvel environnement. 

    Ce que je ne comprenais pas, c'était la raison pour laquelle ces adultes m'avaient prises de haut et cherchaient à me punir alors que je n'avais rien fait. Mon cas n'était pas moins compliqué puisqu'il n'était pas réellement prouvé que j'avais été impliqué. Je ne m'étais pas battu et j'avais montré de l'intérêt pour les cours mais, pour autant, j'étais là, à attendre de savoir le verdict des adultes.

    Chapitre 22:

    Il a fallu que maman se mette à pleurer pour qu'enfin la professeure comprenne que peut être que nous punir n'était pas la solution idéale pour nous. Elle avait tout de suite compris que cette punition était arbitraire et que Mme Grant ne tenait pas vraiment à virer Insomnie ou à me faire revenir en cour après la fin des cours alors que nous ne le méritions pas. 

    Alors qu'elle raccompagnait notre vieille professeure dans l'entrée, je surprise maman à me lancer un sourire complice. Il n'y a pas à dire, j'adore ma mère. 

    Chapitre 22:  

    Maman est venue m'aider pour mes devoirs alors qu'Insomnie jouait aux cubes devant nous. Je n'avais pas remarquer que la demoiselle squelette nous regardait. Je ne l'aime pas trop, elle me fait peur avec son grand sourire osseux et son absence de peau. Elle range toujours les jouets que je sors aussi, comme si ça la dérangeait que j'ai besoin de jouer avec plusieurs jouets. 

    Et puis quand elle est là, je me sens toujours observé par les grands trous vides qui lui servent d'yeux. Elle ne doit rien voir en réalité, juste tout sentir et c'est ce qui me fait le plus peur, quand j'y pense. Elle n'a pas besoin d'être dans ma chambre pour savoir que je suis dans mon lit. Elle n'a pas besoin d'être près de moi pour savoir que je suis dans le monde des rêves. Et elle n'a pas besoin de m'entendre pour savoir que je me suis réveillée lorsqu'elle est entrée dans ma chambre ou que ce n'est pas le cas. 

    Elle n'aura pas besoin de sentir ma peau se refroidir, mon sang couler sur ma peau lorsqu'elle viendra me tuer. 

    Elle me fait peur. 

    Chapitre 22:  

    La nuit est finalement tombée. Eris n'était pas encore rentré, errant visiblement sans but dans la nuit noire. Elle aussi, elle n'aime pas dormir la nuit, elle préfère errer, même sans réel but. 

    Chapitre 22:

    Elle trouvera finalement un igloo sous lequel se blottir. Quand je pense qu'elle ne voulait pas que nous nous voyons après 22h avec Insomnie et qu'elle dort sans problème à dieu seul sait quelle heure dans un igloo en plein centre ville. Quoi de mieux pour tomber enceinte sans même avoir d'idée du père de l'enfant? Enfin bon, les mœurs de ma soeur sont ce qu'elles sont, je n'ai pas à juger. Elle dort où elle veut, c'est pas mon problème. 

    Chapitre 22:

    J'ai finalement rejointe Insomnie pour jouer aux cubes. Au bout d'un moment, ayant fini mon château, je lui dis, toute fière: 

    Midnight: J'ai fini mon château! Regarde! 

    Insomnie: Chut! Allez, tombe pas, mon château. 

    Je serra légèrement les poings, les plaça devant moi, imitant un chaton et lança, dans l'espoir qu'il regarde ma construction, un magnifique: 

    Midnight: Nyaaaaaaaaaaaaa! 

    Le château d'Insomnie est tombé mais je ne l'ai jamais autant vu rire, je crois. Il est carrément tombé sur le sol, se tenant les côtes tant il riait. Il a bougé la table et a, par conséquence, fait s'écrouler mon château. Je me suis exclamée, faisant une moue boudeuse:

    Midnight: Arrête de te moquer de moi! 

    Insomnie: Petit clown, va! 

    J'ai rejoint ses rires, mes craintes vis à vis de lui avaient disparues aussi vite qu'elles étaient apparues. Après tout, s'il y avait bien quelqu'un en qui je pouvais avoir confiance, c'était lui. Il avait prouvé que je pouvais me confier à lui, qu'il ne m'abandonnerait jamais. 

    Il était tard lorsqu'il se décida à retourner dans sa chambre mais il n'aurait pas été question pour moi de le chasser. J'aimais sa présence, nos regards complices, nos fous rire, notre amitié. 

    Oui, tout en lui me plaisait. Même ses moments de colère où il perdait le contrôle et où il était susceptible de tuer pour me protéger ne me répugnaient pas comme ils auraient sans doute dû. C'était un sentiment étrange que j'apparenta aussitôt à une forme d'amour. 

    ~Fin du chapitre 22~

    « Introduction de la troisième générationChapitre 23: Machine, gnome et portrait »

  • Commentaires

    1
    Maya
    Samedi 14 Juin 2014 à 17:08

    Wha... Quel chapitre, je reste scotchée par la fin !
    J'avais tout imaginé je crois, sauf ça ! 

     

    (j'ai bien aimé les images dans la salle de classe *O*) 

    2
    Samedi 14 Juin 2014 à 17:29

    Ah! o/ J'étais pas sûre du tout de ma fin x) 

    (Merci! o/)

    3
    Samedi 14 Juin 2014 à 17:49
    AAAAANGE <3

    WOAAAAAAAAAAAAAW

    Bon je l'avais un peu vu venir, mais WOAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAW !

    4
    Samedi 14 Juin 2014 à 18:13

    Je savais que ça te plairait, Ange x) 

    5
    Samedi 14 Juin 2014 à 19:05

    Sublime chapitre, j'ai pas décroché un instant *^*

    Nyah, j'aime de plus en plus Midnight et Insomnie devient étraaange :/

    6
    Samedi 14 Juin 2014 à 20:39

    Merci Azie! J'ai eu du mal à l'écrire celui là^^ 

    Héhé^^ 

    7
    Dimanche 15 Juin 2014 à 10:33

    C'est un magnifique chapitre: les illustrations sont superbes et le récit est bien mené.  J'ai adoré le passage avec Brunehilde.  :D

    Je dois avouer que moi, en revanche, je suis gênée par la dernière phrase ...  "un amour interdit dont la tentation malsaine ne devrait même pas être proposée à une enfant de mon âge. " 

    Mais bon... :/  

     

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    8
    Dimanche 15 Juin 2014 à 12:15

    Merci Eulaline^^ J'ai beaucoup aimé l'écrire. 

    J'ai eu beaucoup de mal avec ce dernier passage. J'avais envie d'être précise sans dire qu'elle était simplement amoureuse mais visiblement j'ai pas réussi. Et vu que la première à le lire, ça lui a bien plus, j'ai laissé comme ça. Mais si tu as des conseils pour améliorer ce passage, je suis preneuse :) 

    9
    Dimanche 15 Juin 2014 à 12:37

    Ce qui me met mal à l'aise dans ce dernier passage c'est le manque d'innocence de Midnight.  Elle sent l'amour qu'elle ressent pour Insomnie, cela devrait s'arrêter là, sans qu'elle ait le sentiment que c'est malsain.   J'aurais tout simplement arrêté ma phrase à la constatation ; 'était un sentiment étrange que j'apparentai aussitôt à une forme d'amour."

    Mais cette histoire t'appartient, Kaon.  Tu en détermines les règles et tu écris aussi et surtout pour te faire plaisir à toi.  Si cette fin te convient, c'est tout ce qui compte et peu importe qu'elle mette mal à l'aise l'un ou l'autre lecteur. :)

    10
    Dimanche 15 Juin 2014 à 13:20

    Oui, je pense que je vais faire ça. Je te remercie du conseil, Eulaline. C'est vrai que j'ai peut être trop tendance à vieillir Midnight parfois. 

    Ne t'en fais pas. Je ne fais pas cette histoire pour convenir à tous les lecteurs mais, cette fois, je n'étais vraiment pas satisfaite. Ca faisait deux samedis que j'étais bloquée sur cette fin. Mais je me considère encore comme une débutante dans l'écriture et donc j'aime autant me fier aux impressions de mes lecteurs, surtout lorsque je suis pas certaine de ce que j'écris. Je fais ce legacy justement pour m'améliorer en écriture^^ Je ne compte pas non plus perdre le contrôle de mon histoire^^ 

    11
    Dimanche 22 Juin 2014 à 18:52

    J'ai adoré la mise en scène dans la classe! ^^

    Insomnie me fait peur par contre: ^^'

    12
    Blaz
    Samedi 28 Juin 2014 à 19:25

    Ils sont trop *w*

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :